sandra cadiou : e-portfolio
sandra cadiou : e-portfolio 

QUI SUIS-JE?



 

Je suis enseignante en français au lycée professionnel L'Oustal, à Montastruc la Conseillère dans la Haute-Garonne. Je suis également documentaliste au sein du CDI du lycée. Par ailleurs j'écris de la fiction. Je suis également doctorante à l'EFTS à l'université UT2J à Toulouse. 

 

Ces activités sont indissociables à plusieurs titres. Evidemment le texte est au centre de ces domaines. Mais, pour être plus précis, d'autres liens tressent ensemble ces activités.

 

C'est d'abord un souci vis à vis du mot et de la langue, du concept et de l'information, du sens pour le dire simplement. C'est aussi une certaine didactique du français faite d'allers et retours incessants entre lire et écrire, et la documentaliste travaille aussi dans ce lire/ produire. Enfin cela travaille à une posture créative et fonde une attitude au monde.

 

Ainsi ma recherche s'intéresse à l'écriture, l'écrivain et l'élève. A partir du corpus de Georges Perec, j'observe le rapport à l'écrit chez le sujet élève, sous l'angle de la didactique clinique. L'inconscient freudien entre en jeu dans le didactique. Le désir, l'objet (a) est partie prenante dans le rapport à l'écrit. Cette recherche est dirigée par Michel Grandaty et Marie-France Carnus

 

Je m'intéresse par ailleurs à la parfumerie en tant que création olfactive, soit expression et objet esthétique à part entière. Si lire et écrire sont la même chose, sentir et créer des parfums vont de pair, ainsi j'ai mis au point un quatuor de boisés. Et Proust demeure un pivot : promenade entre les deux côtés de Guermantes, promenade entre le passé et le présent grâce à la madeleine, odorante et gustative.

 

 

contact@sandracadiou.com

Recommandez cette page sur :

«“Si vous voulez, nous pourrons tout de même sortir un après-midi et nous pourrons alors aller à Guermantes, en prenant par Méséglise, c'est la plus jolie façon”, phrase qui en bouleversant toutes les idées de mon enfance m'apprit que les deux côtés n'étaient pas aussi inconciliables que j'avais cru.» Albertine Disparue, Proust